BeCommerce confirme : plus d'achats en ligne en 2020, mais 18% de chiffre d'affaires en moins

BeCommerce confirme : plus d'achats en ligne en 2020, mais 18% de chiffre d'affaires en moins

7 janvier 2021

Que 2020 soit l'année de l'essor du commerce électronique pour la Belgique était sûr et certain. Les chiffres du BeCommerce Market Monitor le confirment également. Mais 2020 reste aussi une année de crise où le secteur des événements et des voyages, entre autres, a vu son chiffre d'affaires fondre comme neige au soleil jusqu'à un plancher absolu. Cela a également un effet sur les chiffres du commerce électronique.

L'année 2020 a donné une énorme impulsion à l'achat de produits en ligne et pas seulement en période de confinement. Même pendant la période de détente des mois d'été, lorsque l'industrie hôtelière et les magasins étaient ouverts, la croissance a continué et un tiers de produits supplémentaires ont été achetés en ligne par rapport à l'année précédente, selon les chiffres trimestriels du BeCommerce Market Monitor. "La crise du coronavirus a enfin fait comprendre aux entrepreneurs belges les avantages du commerce électronique. Avec les consommateurs, ils ouvrent définitivement la voie à un marché du commerce électronique plus mature", déclare Sofie Geeroms, directeur général de BeCommerce.

Pendant la crise du corona-virus, les Belges ont dépensé un tiers de plus en produits en ligne.

La crise du coronavirus a donné un énorme coup de fouet à l'achat de produits en ligne au cours de l'année dernière. Nous avons tous acheté pas moins d'un tiers de plus par rapport à la même période l'année dernière, comme le montrent les chiffres du troisième trimestre du BeCommerce Market Monitor, une enquête menée par GfK pour le compte de BeCommerce avec le soutien de PostNL et de la Loterie Nationale. Il est frappant de constater que la croissance des achats de produits est la même non seulement en période de confinement, mais aussi en période d'assouplissement. Alors qu'au cours des 9 premiers mois de 2019, les produits ont été achetés pour 3,7 milliards d'euros, ce chiffre est maintenant de 4,9 milliards d'euros. La catégorie des vêtements, en particulier, a connu une croissance énorme pendant la crise du corona-virus et se classe même au premier rang des catégories de produits.

"Cette recherche montre clairement pour la première fois que même après le confinement, la forte croissance du commerce électronique - qui a été initiée par l'épidémie du coronavirus - sera encore soutenue par un assouplissement des mesures", déclare Sofie Geeroms, directeur général de BeCommerce. "L'Internet n'est plus une nécessité temporaire parce que les magasins sont fermés, mais un choix conscient pour la facilité de livraison à domicile, le gain de temps et les prix bas".

Le coût moyen d'un achat en ligne est de 61,10 euros

D'ici 2020, de plus en plus de Belges auront également trouvé le chemin du commerce en ligne. Le BeCommerce Market Monitor a enregistré 8 048 009 Belges qui ont fait des achats en ligne. Le montant dépensé pour ces achats de produits en ligne a également augmenté de 8 %. En conséquence, la commande moyenne pendant les mois d'été s'est élevée à 61,10 euros.

Lors de la première fermeture, nous avons assisté à une augmentation frappante de la catégorie "ordinateurs et accessoires" : dans la première vague, les consommateurs ont clairement anticipé en termes de travail à domicile", constate Sofie Geeroms. "Avec la réouverture des magasins, ces achats ont diminué mais restent nettement supérieurs à ceux de l'année dernière. Aujourd'hui, ce sont d'autres catégories qui occupent régulièrement les premières places, notamment les vêtements, les chaussures et le style de vie personnel, ainsi que les médias et les divertissements. Nous constatons vraiment que les vêtements, les chaussures et le style de vie personnel ainsi que les médias et les divertissements ont reçu un énorme coup de pouce, malgré la réouverture des magasins. Ces catégories ont augmenté de moitié par rapport à 2019".

En raison des coups durs portés au secteur des voyages et des événements, le commerce électronique belge est en recul de 18 % par rapport à l'année dernière

Le commerce électronique ne consiste pas seulement en l'achat de produits en ligne. Les services tels que les voyages, les assurances et les billets pour les attractions et les événements constituent normalement et traditionnellement la partie la plus importante du gâteau. Dans le secteur des services, cependant, la crise du coronavirus a eu de graves répercussions. Seulement 25 % de toutes les dépenses en ligne ont été consacrées aux services. En 2019, ce chiffre était encore de plus de la moitié. Le fait que le secteur des services semble imploser en ligne de cette manière est principalement dû au secteur des voyages et des événements, qui semble être au point mort depuis le début de la crise du coronavirus.2021_01_05 purchase vs. spent.jpg

"Les totaux des produits et services enregistrés par BeCommerce dans son Market Monitor montrent une baisse des dépenses de consommation au troisième trimestre 2020. Pendant les mois d'été, les dépenses ont été inférieures de 18 % à celles de l'année dernière. Au total, cela a porté le commerce électronique à 2,2 milliards de dépenses en ligne", déclare Sofie Geeroms, directeur général de BeCommerce. "Toutefois, nous sommes convaincus que les secteurs des voyages et des manifestations se redresseront rapidement maintenant que les vaccinations ont commencé. Les consommateurs sont impatients de revenir et d'assister à des spectacles et des festivals.

Le smartphone et le Bancontact gagnent en popularité

Le smartphone devient de plus en plus populaire comme moyen de paiement lors des achats en ligne, ceci principalement au détriment de l'ordinateur portable : 1 sur 3 a effectué au moins un achat avec le smartphone. Pourtant, la moitié des dépenses se fait en ligne avec l'ordinateur portable.

Enfin, au troisième trimestre, 43% des achats effectués via Bancontact ont également eu lieu en ligne, confirmant la position de numéro 1 du mode de paiement. La carte de crédit est en deuxième position et a été utilisée pour 25 % des achats en ligne. PayPal, avec 17 % des achats en ligne, occupe la troisième place parmi les moyens de paiement les plus populaires.

"Bancontact online" est donc en première place pour la première fois et non plus la carte de crédit. Toutefois, nous pouvons également conclure des résultats que la carte de crédit est utilisée plus souvent pour les achats importants. La carte de crédit retrouvera probablement sa place au sommet lorsque davantage de voyages et d'événements seront à nouveau achetés en ligne", conclut Sofie Geeroms.

Source : BeCommerce

Mots clés:

Website created and supported by Starring Jane & Procurios
Fermer