Leroy, la loi, la neutralité

Leroy, la loi, la neutralité

17 janvier 2018

netneutraility.jpg

La fin de 2017 a été marquée par un coup décisif porté aux Etats-Unis contre la neutralité du Net, ce principe qui garantit l’égalité de traitement des flux de données qui transitent par les tuyaux des opérateurs. Olivier De Doncker, président de la FeWeb, partage son opinion à ce sujet.

La fin de 2017 a été marquée par un coup décisif porté aux Etats-Unis contre la neutralité du Net, ce principe qui garantit l’égalité de traitement des flux de données qui transitent par les tuyaux des opérateurs.

En décembre dernier, Dominique Leroy, CEO de Proximus, a plaidé, elle aussi, pour la suppression de la neutralité du Net, arguant que les grands acteurs du digital sont les plus gros consommateurs de bande passante chez les opérateurs télécoms. Une « participation aux frais » de la part des GAFA serait donc la bienvenue, soutient-elle.

On peut ne pas reprocher à Madame Leroy de vouloir défendre les intérêts commerciaux de son employeur. Cependant, il serait extrêmement dommageable que cette volonté érode une des pierres angulaires qui ont fait du Net un vecteur majeur de développement économique et social ces quinze dernières années.

Aujourd’hui, on constate un désamour de l’opinion publique par rapport au digital : fake news, surveillance électronique de masse organisée par des Etats, y compris par des régimes démocratiques, commercialisation massive et opaque des données personnelles, hystérisation du débat public sur les réseaux sociaux...

Si cette désillusion est compréhensible, on aurait tort d’oublier que le Net est, aussi, une innovation technologique qui a permis à des millions de gens de sortir de la misère, à des individus d’origine parfois modeste de créer leur entreprise, à des jeunes d’accéder au savoir dans des endroits où la connaissance était une denrée rare. Sans la neutralité du Net, cette immense vague de progrès au niveau mondial n’aurait pu se déclencher.

En contestant le principe de la neutralité du Net, Madame Leroy fait donc courir un risque majeur à l’économie européenne tandis que celle-ci peine à rattraper son retard digital face aux Etats-Unis et aux géants du Net nés dans la Silicon Valley.

Pour l’instant, la législation européenne garantit la neutralité du Net dans l’ensemble des pays de l’Union. Modifier ce cadre légal serait une perte et un danger pour l’avenir de notre économie. Ne laissons pas les tuyaux l’emporter sur le contenu.

Olivier De Doncker
Président FeWeb

Mots clés:

© FeWeb 2019
Website created and supported by Starring Jane & Procurios
Fermer